avoir la patience des empâtements/

dans le geste épaissis résoudre le problème du dessin, de l’espace et des simplification/

des stridences douces/

dégrader des scintillements/  

le glacis des farces/

s’engager dans un dessin organique/

contrôler l'aléatoire et l’organique/

la marque nouvelle accroche la marque ancienne et se faisant révèle un rapport/

ensevelir / révéler

 

des turbulences partout et puis de temps en temps une intensité ou l’œil peut s’asseoir/

il s’agit parfois de bleuir un mystère, jaunir une incertitude, noircir un segment/ 

luxuriance/ exubérance 

l’œil est insatiable, il lui faut toujours des surfaces animées et des contrastes en délicatesse/

certaine toiles s’appréhendent immédiatement, d’autres nécessitent que l’œil sortent le coupe-coupe pour cheminer dans le fouillis des teintes et des valeurs/

l’art parallèle/

le sentiment d’achèvement d’un tableau est d’abord une sensation et puis une certitude/

opulente et vénéneuse/ 

des nacres souillées/ 

une vibration charnelle/

énergie / texture / densité 

des frottis pas possibles / des éclats aux limites

des tableaux qui se regardent comme du corail/

il s’agit moins d’une question de composition que de structure/

se retirer de la peinture comme un amant troublé/

le cheminement d'une sensibilité particulière vers une peinture qui n'existe pas /

une lente construction, lourde et femelle/

des chairs maussades, des crudités, des cris poussifs/

les tableaux du matin fabulent une horloge à l'arrêt, ceux du soir déloge l'impatience/

des peintures prêtent à exploser/

 

une peinture comme un mystère, un secret dévoilé/ 

des tableaux aboutis dans leur complexité suave/

des vapeurs et des éclats/

des tableaux qui rudoient le regard/

un tableau figé dans l'instabilité d'une décision, qui peut encore être tout autre/

un flux cosmique peint sur le vif/

modeler l'instant d'avant l'effondrement des couleurs/

la peinture est le pupitre où j'écris/

le rapport des couleurs ne se fait pas par côtoiement mais par juxtaposition successives et finalement par condensation/

parfois un trou d'où surgit la couleur/

chercher une intensité, découvrir une densité/

concentration/ condensation

structure/ texture/ densité

engagée/ solide/ signée

une peinture n'est pas une image, elle s'éprouve physiquement/ psychiquement, dans l'espace et le temps, ici et maintenant. 

 

(...)