quand le peintre est absent la peinture continue/

       elle mature sans les yeux ni la main qui la font/

       elle se couvre d'elle-même d'une épaisseur nouvelle

       qu'on appelle le temps/

       quand le peintre revient l'inconnue le surprend/

       le peintre la dévisage et ne reconnait ni la peau ni la chair/

       ni le geste, ni sa fleur/

       le peintre est un idiot que la peinture guérit/

sédiments/pulsations

une pulsation qui sédimente

le regard caché de la couleur dans l'épaisseur de la matière

dans un espace confus, fomenter l'harmonie

s'extirper du confus

sensuelle et radicale, sensorielle et bourrative

la croûte et sa palpitation radicale

atteindre une texture dans une énergie improvisée

transmuer de la peinture séchée en matière contenant de l'énergie

on n'est jamais loin de la seule peinture séchée, certaines zones n'y échappent pas

atteindre une texture dynamique, sensible, émotionnelle

les couleurs se superposent, complémentaires ou par les seules nuances de tons

un rouge n'est jamais tout à fait pur mais par endroit déchiré dans sa marque, sali de vert, de brun, de toute autre chose, sortie du tube

chercher l'expressivité de la pâte 

s'offrir l'évènement d'une apparition

peindre contre ce qui vient d'apparaitre ou respecter le surgissement des signes et des images

/ la main libère l'esprit

inscrire sa sensation dans la chair même de la couleur

raconter l'histoire des équilibres et des tensions minuscules

inventer des circulations

les tonalités en contrepoint

inventer un langage hors soi

des transitions suaves et des laideurs en contrepoint

souvent tout l'esprit d'une peinture en cours se trouve localisé dans une zone de la toile; il faut alors le saisir et le développer dans tout le tableau

une petite fabrique vibratile

créer une singularité comme on dit d'un trou noir qui absorbe tout ce qui passe à proximité

il y a toujours une part expérimentale dans la réalisation d'une peinture; on navigue entre artisanat de sa propre œuvre et l'expérimentation de solutions nouvelles

/ chair mentale

générer des fluidités qui circulent dans l'œil

/ des richesses successives

aller à l'atelier pour chercher des ombres et des humidités, un surgissement crayeux

abattre au passage une forme qui s'écroule dans des bleus orientaux et des verts anglais

chercher l'état définitif où cette peinture abrite la mort déçue de minuit cinq

dès que je vois apparaître un fantôme flagellé je le flagelle encore... et puis je verse à son oreille les mots blancs de la consolation et sur son cœur dissout un reste de pâte brune... j'achève son pardon dans le temps du séchage

une peinture impensable

parfois je vois un ciel dans ce que je peins et je peins dans ce ciel une forme de nuage; d'aucuns y verront un lapin quand c'est une paire de ciseaux _  je découperai le réel en huit parties égales: une pour la langue, une pour l'instant, une pour la mémoire, une pour la joie, une pour l'enfance, une pour la mort, une pour le poème, une pour le silence

(...)